self coaching :développez et affinez vos facultés mentales

qui je suis?

   Qui suis je ? : 

Brigitte Nadrin

J'ai ,depuis quelques années , la passion du développement personnel ,et j'avais envie de partager avec vous .

Mon self-coaching en sorte, d'où le nom du blog

Un blog ou j'explique mes expériences et découvertes dans le domaine, ou je vous donne des informations concrètes , livres ,e-book, textes,témoignages , contacts pour suivre des formations , séminaires , conférences....

je cherche et je partage .

Pourquoi?

il y a juste 7 ans , le diagnostique de la sclérose en plaque m'était annoncé par le neurologue qui m'avait reçu ce 8 juin 2004.(après examens divers , ophtalmo, IRM , potentiels evoqués...)

Ah oui !!!me dis je , j'ai déjà entendu parler de la sclérose en plaque , le beau frère de mon amie en est atteint , il est en chaise roulante..., mais qu'est ce que c'est?

Le grand point d'interrogation là au dessus de la tête? pourquoi moi? qu'est ce? comment? que vais je faire?... la panique autour de moi les enfants , mon mari ,ma maman ,mes frères et soeur , mes amis ...vous pouvez immaginer ?

Alors les recherches commencent entre 2 sejours à l'hopital , mes lectures , quand la vue revient un peu, mon amie qui m'aide en me lisant les livres, ce besoin de : je veux savoir .

Je vous avoue les 3 premières années furent très longues et fatiguantes à tous points de vue , moi qui vivait à 100 à l'heure, hop j'étais débranchée , en colère , triste , dépressive... et puis là je me suis dis stop , Brigitte tu es une gagnante , tu te prends en main et tu vas y arriver , Yes You Can!!!

Et de fils en aiguille j'ai trouvé par mes lectures , entre autres :  "le guerisseur c'est toi" de José Silva , une révélation .

Et de fils en aiguille , j'ai suivi cette méthode et je vais mieux de mieux en mieux .

Voilà ce que je vous propose de partager sur ce blog.

Je commence par vous donner l'explication scientifique :

La sclérose en plaque c'est quoi?

 

   

Pr. Thibault Moreau

La sclérose en plaques est une maladie fréquente du système nerveux central qui affecte les adultes jeunes donc en pleine période de projet d'existence.

La vie personnelle, familiale et professionnelle en est alors bouleversée. Parallèlement, en termes de santé publique, les conséquences socio-économiques de la maladie sont importantes. Pendant des décennies, face à la maladie, la société mais aussi le monde médical ont eu une  attitude plutôt contemplative du fait de l'absence de traitement. Heureusement, depuis 15 ans, tout a changé.
Certes, de nouveaux médicaments sont apparus, mais aussi un état d'esprit nouveau s'est installé. Ainsi, la recherche s'est développée de façon spectaculaire que ce soit dans les laboratoires ou dans les services de neurologie clinique.
En même temps, les résultats de ces avancées sont largement diffusés entre les chercheurs, les médecins mais aussi les malades et le grand public. D'un côté, des nouvelles molécules innovantes permettent déjà de ralentir l'évolution de la maladie. De l'autre, les professionnels de santé ont pris conscience qu'il était essentiel d'accompagner les malades dans leur vie quotidienne, prenant en charge leurs symptômes et en les aidant sur le plan social.

En France, 1 personne sur 1 000 est atteinte avec 2 500 nouveaux cas par an.

La SEP correspond à une maladie inflammatoire du système nerveux central : le cerveau et la moelle épinière. Le système de défense (système immunitaire), habituellement impliqué dans la lutte contre les virus et les bactéries, se met à s'emballer et à attaquer les propres éléments de l'individu.
La cible de cette attaque est la myéline qui est une gaine autour des voies nerveuses, permettant d'accélérer le cheminement de l'influx nerveux. Ces attaques inflammatoires répétées vont altérer le fonctionnement de ces voies nerveuses en entraînant des troubles moteurs (baisse de la force musculaire), des troubles sensitifs (modification de la sensation du chaud-froid, du toucher, fourmillements, etc.), des troubles de l'équilibre, des troubles visuels ou urinaires. Ces attaques ou « poussées » surviennent au début à la fréquence d'une tous les 2 ans environ où les symptômes disparaissent complètement en quelques semaines. Puis, au fil du temps, des séquelles peuvent exister après les poussées pouvant laisser un handicap permanent. Parallèlement, les données microscopiques très récentes ont mis en évidence une souffrance de la cellule nerveuse proprement dite (le neurone avec son axone) de façon plus progressive et probablement dès le début de la maladie.
Les signes cliniques de la sclérose en plaques ainsi que l'évolution de la maladie sont aujourd'hui parfaitement bien connus. Son diagnostic est défini par la mise en évidence d'une atteinte du système nerveux central à la fois dans le temps et dans l'espace. Cela signifie que le patient doit présenter à des moments différents une attaque du système nerveux central exprimant une atteinte de différentes zones du cerveau ou de la moelle. Les examens para-cliniques et surtout l'IRM permettent d'établir un diagnostic très précoce et donc de mettre en place une stratégie thérapeutique. Les nouvelles techniques d'IRM permettent de différencier de mieux en mieux les mécanismes de souffrance du système nerveux central, et peut-être de prévoir dès le début de la maladie l'évolution ultérieure, ce qui est essentiel pour mettre en route un traitement adapté.

    Les progrès thérapeutiques sont spectaculaires. De nombreuses molécules sont actuellement évaluées dans le cadre d'essais thérapeutiques, agissant à différents niveaux de la cascade inflammatoire en utilisant souvent des médicaments pris par voie orale, plus faciles que les traitements actuels, tous injectables.
Dans un avenir plus lointain, des stratégies pour favoriser la remyélinisation et pour stimuler la réparation du système nerveux central seront mis en place chez l'homme après de nombreuses étapes de recherche chez l'animal au laboratoire.
Donc, l'arsenal thérapeutique qui est aujourd'hui varié, sera probablement demain encore plus riche et il sera alors possible de proposer le meilleur traitement, au bon malade, au bon moment. En même temps que ces progrès diagnostiques et médicamenteux, une prise en charge des symptômes compliquant la maladie s'est mise en place. De nombreux professionnels de santé participent à cette vision globale de la maladie, comme les ophtalmologues, les rééducateurs fonctionnels, les psychiatres, mais aussi les infirmières, les kinésithérapeutes, etc. Des consultations multidisciplinaires, une organisation en réseaux, un accès au soin individualisé à proximité du domicile sont aujourd'hui proposés aux malades Des progrès sont réels dans la lutte contre une maladie quand, à partir de données de recherche, des conséquences peuvent être tirées pour le quotidien du patient.
La sclérose en plaques en est un évident constat. En effet, les avancées de la recherche mais aussi le nouvel état d'esprit des professionnels de santé face à cette maladie, permettent aux malades d'avoir une vie plus harmonieuse et d'être mieux insérés dans la société comme dans la famille.

Bien connaître la maladie permet de mieux l'accepter, de comprendre les stratégies thérapeutiques proposées par le neurologue et d'expliquer ses symptômes à son entourage.

Professeur Thibault MOREAU
Président du Comité Médico-Scientifique
Chef de Service de Neurologie
CHU de Dijon

Introduction du livre ARSEP : le point sur... la sclérose en plaques aux éditions Vidal.

    L'information mise à disposition sur le site de la Fondation Arsep vise à soutenir et ne remplace en aucun cas la relation patient/médecin.

Je trouve ce résumé bien expliqué et il est vrai que la recherche , sur la SEP (sclérose en plaque) fait d'énorme progrès ,depuis ces dernières années.Merci



12/06/2011
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres